Invaincu à domicile pendant toute la première partie de saison, l’Olympique de Marseille semble avoir retrouvé une sérénité au Vélodrome, après de longs mois de galère. Comment le club a relevé la tête et s’est réconcilié avec son public en quelques matchs ?

Un départ timide

Si l’OM a aujourd’hui trouvé une certaine harmonie à domicile dans ses résultats et sa qualité de jeu, le moins que l’on puisse dire c’est qu’il aura fallu être patient. Depuis le départ de Marcelo Bielsa lors de la première journée de l’exercice 2014-2015, Marseille n’avait jamais aligné trois victoires de rang en championnat dans son jardin qui était une terre de matchs nuls sous l’ère Michel puis Franck Passi pour terminer la saison (11 scores de parité en 18 rencontres de Ligue 1). Il n’y avait pas de quoi être plus enthousiaste dans un Vélodrome qui sonnait bien creux à l’entame de cette saison avant l’arrivée de Rudi Garcia. Si les Olympiens avaient quelque peu relevé la tête avec trois victoires pas forcément convaincantes, les deux piètres 0-0 contre Toulouse et Lyon faisaient encore tache.

Il fallait alors se consoler en se rabattant sur Yoann Pelé qui n’a encaissé qu’un but en cinq rencontres sur la Canebière. Le débarquement du nouveau coach en provenance de l’AS Rome, perçu comme une excellente nouvelle, n’a toutefois pas arrangé immédiatement la chose. Mais après deux claques reçues à Montpellier (1-3) puis à Monaco (0-4), entrecoupées d’un court succès sur Caen au Vel’, la recette Garcia semble porter ses fruits à Marseille. Arrivé avec des doutes en période de reconstruction, l’entraîneur français laisse planer pour le moment une sensation de certitude et semble avoir déjà conquis les cœurs phocéens, même si la route est encore longue.

Une nouvelle dynamique

Après un nul inespéré au Parc des Princes (0-0) et une petite qualification obtenue à Clermont en Coupe de la Ligue (2-1), Rudi Garcia s’asseyait pour la première fois sur le banc du Vélodrome en tant qu’entraîneur de l’OM dix jours après son arrivée, lors de la réception de Bordeaux. Si 57000 curieux avaient fait le déplacement, un record cette saison, la prestation des Olympiens n’avait en rien de quoi rassurer… Il faudra attendre la réception de Caen et une victoire étriquée (1-0) mais amplement méritée pour voir le potentiel de cette formation à domicile. Le succès net et sans opposition ou presque face aux Nancéiens (3-0) a confirmé la tendance, avant une nouvelle victoire face au LOSC (2-0), pourtant en forme, construit en cinq minutes le week-end dernier, qui prouve que les résultats peuvent venir sans proposer un jeu flamboyant pendant 90 minutes.

Au-delà d’une efficacité offensive trouvée, à l’image d’un Thauvin qui excelle sur chacun de ses matchs, il faut souligner une solidité défensive impressionnante. En 9 rencontres à domicile, l’OM n’a encaissé qu’un but, meilleur total en Europe ! Sur les 10 clean-sheet de la saison (match sans encaisser de but), record partagé par le PSG et Chelsea, 8 l’ont été à domicile, preuve d’une sérénité qui n’est pas nouvelle. Même si le départ de Passi a condamné Doria au banc de touche au profit de Rolando, bien plus décisif, l’ex-entraîneur avait le mérite de garder les cages inviolées, au détriment d’un jeu offensif assez pauvre. Poussés par leurs ultras toujours en nombre au Vélodrome, les Phocéens ont trouvé une assurance dans quasiment chaque poste si l’on excepte celui de latéral gauche, gardé par un Hubocan qui n’aspire pas à la confiance, en l’absence de Bedimo sur blessure. En quelques matchs, le sentiment que rien ne peut arriver à cette formation dans son stade est arrivé comme un souffle, à l’image de la révélation de l’année Maxime Lopez, nouveau chouchou du Vélodrome bien qu’inconnu il y a encore quelques mois.

Qui pour faire tomber l’OM ? 

À présent que la moitié de saison est écoulée et qu’aucune équipe n’a fait tomber l’OM devant son public, il faut s’interroger sur les formations qui peuvent parvenir à renverser la machine. On aura une première réponse dès la reprise de la Ligue 1 et la réception de l’AS Monaco le dimanche 15 janvier. Si les Marseillais venaient à s’imposer et/ou ne pas encaisser de but face à ce qui se présente comme la meilleure attaque d’Europe, on pourrait parler avec certitude d’une équipe intouchable à domicile. Derrière les Monégasques, il faudra évidemment suivre la venue du Paris Saint-Germain cette année plus encore, le 26 février prochain, que les Phocéens n’ont plus battu au Vel’ depuis 2011. Enfin, l’OM pourrait tomber lors de l’avant-dernière réception de la saison face à l’OGC Nice, leader surprenant et impressionnant du championnat. Paris et Nice sont d’ailleurs les seuls invincibles à domicile en France en compagnie des Olympiens.

En première partie de saison, l’Olympique de Marseille n’a pas accueilli de grosses écuries, hormis l’OL qui est venu faire match nul (0-0) ou encore Bordeaux qui est reparti de la Canebière avec le même résultat. Pour que la saison soit encore plus belle et que le travail soit achevé, il faut maintenant trouver de la constance dans les résultats à l’extérieur. Pour cela, l’OM devrait se renforcer avec plusieurs arrivées en janvier. Cela amènerait plus de fraîcheur à ce groupe qui a besoin de remplaçants de métier, prêt à substituer tout joueur blessé, suspendu ou en méforme, notamment Bafé Gomis, seul véritable attaquant de pointe de l’effectif. Il plane également au-dessus de Marseille une rumeur folle de retour de Dimitri Payet, pour enflammer bien plus encore un Vélodrome déjà réconcilié avec son équipe…

Publicités