Dimanche soir, en clôture de la 22ème journée de Ligue 1, le désormais incontournable duel entre Lyon et Marseille a eu lieu au Parc OL, pour un résultat de 1-1. Une fois encore, cette rencontre a été très intéressante à suivre, pour plusieurs raisons. Ce match est si disputé et si serré à chaque fois que l’on est à se demander si l’Olympico est plus fort que le Clasico. 

On le sait, cette saison, le PSG est intouchable en France. Cette domination a au moins le bénéfice de faire batailler les autres équipes pour le podium, qui est plus que jamais très ouvert. Deux équipes historiques de Ligue 1, Lyon et Marseille, se dispute chaque année ce qu’on appelle l’Olympico (le duel des Olympiques) en référence au Clasico opposant l’OM au PSG. Et depuis que Paris rafle tout et remporte la quasi totalité de ses rencontres, le classique du Championnat de France semble moins attractif que l’Olympico, qui lui semble dorénavant plus alléchant entre deux équipes de niveau équivalent.

Depuis l’arrivée des Qataris au Paris Saint-Germain, l’OM ne gagne plus le classique, étrange coïncidence…
La dernière victoire des Olympiens face au PSG remonte à novembre 2011, époque où QSI ne détenait pas entièrement le club parisien. Depuis, même si on a pu assister à de beaux matchs assez serrés, Paris domine le Clasico. Cela ne semble plus être un match particulier pour le club de la capitale, qui de toute façon bat tout le monde en France. A Marseille, l’atmosphère est différente et chaque saison, on attend cette rencontre avec impatience. La preuve avec des magnifiques tifos déployés la saison passée au Vélodrome, qui avait alors réalisé son record de spectateurs présent ce soir-là, pour une nouvelle défaite. Paris semble invincible contre l’OM mais les Phocéens sont souvent proche du succès. Cette saison, au Parc des Princes, c’est même Marseille qui méritait de gagner, mais comme souvent, s’est finalement incliné. Le suspense est présent pour les Clasicos, mais nettement moins que pour les Olympicos. Lors de chaque duel entre Lyon et Marseille, et le match de dimanche l’a encore montré, on voit deux équipes sensiblement au même niveau, qui se livrent une bataille sans merci.

En France, les deux rencontres les plus attendues de l’année opposent Lyon à Saint-Etienne dans le derby et Marseille à Paris dans le Clasico. Quand on réunit deux de ces équipes, à savoir Paris et Saint-Etienne cela donne une rencontre très déséquilibrée, presque toujours à l’avantage du PSG, la meilleure équipe « française » actuelle. D’un autre côté, on retrouve l’OL et l’OM qui s’affronte toujours dans des rencontres électriques, spectaculaires, indécises, les mots ne suffisent pas pour décrire l’ambiance sur et en dehors du terrain pendant les Lyon – Marseille ou Marseille – Lyon. Sur les huit derniers Olympicos, un seul a été remporté par plus d’un but d’avance. Cela démontre le rapprochement entre ces deux formations qui ont sensiblement un niveau équivalent. Et cela ne date pas d’hier. Sur les 103 affrontements, Lyon en a remporté 33 contre 32 pour Marseille (38 nuls) !

Différents événements, souvent perçus comme négatif, ont fait le charme de ce duel. Tout d’abord, comme souvent en France, l’arbitrage a récemment fait défaut pendant des Olympicos. Ce dimanche, les Marseillais auraient probablement battu l’OL sans trois erreurs grossières : un tacle de Morel qui méritait un rouge, un but de Batsuayi injustement refusé pour un hors-jeu imaginaire et une main invisible de Manquillo sifflé par l’arbitre, le coup franc qui suit donnait l’égalisation lyonnaise. L’année dernière, une polémique avait vivement secoué le Marseille-Lyon. Le ballon était-il rentré entièrement ? Lucas Ocampos avait-il auparavant fait faute sur Lopes ? Les supporters olympiens diront que le but était valable, les rhodaniens diront que non. Des erreurs d’arbitrage, on en voit chaque week-end en France et pratiquement à chaque Olympico… Certains événements hors-terrain ont perturbé le match aller cette saison, qui avait été arrêté plusieurs minutes jusqu’à ce que les supporters marseillais se calment. Ils avaient jeté des projectiles en direction des buts lyonnais, comme des bouteilles en verre. Des insultes très violentes envers Mathieu Valbuena, ex-Marseillais et désormais joueur de l’OL, avaient également fustigées du Vélodrome. Le duel entre les deux présidents, qui se clashent souvent par le biais des médias, anime l’avant-match et donne le coup d’envoi de ces rencontres sous tension.

Quoi qu’il en soit, les Olympicos sont toujours très intéressants à suivre, sur le terrain et en dehors, et l’on est jamais déçu du résultat. Pour les Clasicos, même si les Phocéens se défendent bien, à la fin, c’est le PSG qui gagne. Ces derniers temps, on sentirait presque une complicité entre ces deux clubs, les ex-deux meilleurs ennemis de France, puisque l’on peut considérer qu’un OM – OL a dépassé un OM – PSG. Le prochain Clasico, qui arrive le 7 février tombe à pic pour nous faire mentir. Et qui sait, si au Stade Vélodrome, Marseille peut réaliser l’exploit de battre enfin Paris et devenir la première (et pourquoi pas dernière) équipe française à battre les Parisiens cette saison.

BONUS : L’Olympico le plus fou de l’histoire, 5 buts partout !!

Publicités