Le soixante-septième Critérium du Dauphiné, qui s’est déroulé la semaine passé, s’est montré pour le moins spectaculaire et très disputé. Retour sur cette semaine de course qui a marqué les esprits à quelques semaines du grand départ du Tour de France.

Froome, au bout du suspense

Le britannique Christopher Froome a remporté ce Dauphiné avec une très mince avance sur Van Garderen, à l’issu d’une semaine intense où le maillot jaune a beaucoup changé d’épaules.
Peter Kennaugh, autre anglais de l’équipe Sky, a été le premier maillot jaune de ce Dauphiné après sa victoire au sprint lors de la première étape. Il a porté sa tunique pendant deux étapes, après sa victoire inaugurale et la victoire du français Nacer Bouhanni au sprint de la seconde étape. L’anglais a délaissé son maillot à l’issu du contre-la-montre par équipes qui a vu la team BMC s’imposer. L’équipe américaine a fait coup double puisque Rohan Dennis s’est emparé du maillot jaune. Le sprinteur de Cofidis, Nacer Bouhanni, a levé les bras une seconde fois lors de la quatrième étape, après un sprint facilement remporté et sans trop de concurrence. Et puis la bagarre pour le classement général s’est lancée lorsque la route s’est élevée. A Pra-Loup, c’est encore un français qui s’est illustré, en l’occurrence Romain Bardet (AG2R la mondiale) qui a rallié l’arrivée en solitaire. Mais ce ne fut toutefois pas suffisant pour endosser le maillot jaune conservé par l’équipe BMC et qui est revenu à Tejay Van Garderen, alors deuxième de cette première étape de montagne. Le jour suivant, c’est au tour de Vicenzo Nibali de se jauger et surtout de se montrer aux autres. L’italien aura cru à une victoire d’étape jusqu’au formidable retour du portugais Rui Costa qui a coiffé le leader d’Astana dans les derniers hectomètres. Nibali sera tout de même en jaune le lendemain. Cette septième et avant-dernière étape lancera le duel entre Froome et Van Garderen. Le coureur de Sky aura le dernier mot dans l’ascension finale mais c’est bien l’américain qui ravira le maillot jaune à Nibali, qui s’est écroulé pour terminer l’étape à plus de quatre minutes de l’anglais et qui déchantera aussi le lendemain. Au départ de l’ultime étape, dix-huit secondes séparaient les deux premiers du classement général. L’anglais, qui semblait plus frais physiquement, a attaqué au meilleur moment pour assommer TVG qui a fini l’étape à la quatrième à… dix-huit secondes de Froome ! Mais le vainqueur d’étape récoltait dix secondes de bonifications ce qui a permis au vainqueur 2013 de s’imposer à nouveau, sans même avoir porté la tunique jaune une seule journée. Un autre anglais, Simon Yates, a remporté le classement du maillot blanc devant Bardet, premier français et sixième du classement général. Le coureur d’Orica-Greenedge, qui a terminé la course cinquième  est donc le meilleur jeune de ce Dauphiné. Le maillot vert du meilleur sprinteur est revenu à Nacer Bouhanni, vainqueur de deux étapes avec son équipe Cofidis. La bonne surprise de la semaine vient de l’équipe sud-africaine MTN-Qhubeka qui a placé Daniel Teklehaimanot en tête du classement de la montagne. L’érythréen a donc rejoint l’arrivée avec le maillot rouge à pois blanc sur le dos. Cette surprenante équipe fera partie du Tour de France qui s’élancera le 4 juillet prochain. Une chose est sûre, cette édition du Dauphiné aura été passionnante, spectaculaire et haletante jusqu’au bout. Et dire que les favoris n’étaient pas tous au départ, ça promet pour le Tour !

Où en sont les favoris du Tour ?

Ce critérium du Dauphiné a éclairci la situation sur plusieurs des favoris et outsiders du prochain Tour de France même si tous n’ont pas pris le départ de cette course. Voici l’état des favoris et outsiders du Tour à quelques semaines du grand départ.

Christopher Froome (Sky)
Il est de retour. Après un début d’année 2015 assez difficile, il n’était pas au mieux de sa forme et se devait de réagir. Le natif de Nairobi a très bien géré son Dauphiné même si tout n’était pas parfait. S’il n’a d’abord pas convaincu dans les premières étapes de montagnes, il a su attaquer aux meilleurs moments, notamment dans la dernière étape où il a distancé son rival Van Garderen. Il s’impose à la fin avec une légère avance (dix secondes) et se rassure vraiment avant le Tour qu’il a pour objectif de remporter une seconde fois après 2013.
Sa saison 2015 : victorieux au tour d’Andalousie et au Critérium du Dauphiné. L’an passé sur le Tour : abandon.

Vicenzo Nibali (Astana)
Le tenant du titre n’est pas vraiment rassuré par son Dauphiné. Même s’il a porté le maillot jaune une journée après une bonne étape qu’il a terminé à la seconde place, il a sombré durant les deux derniers jours en montagne où il n’a pas réussi à suivre le train imposé par les leaders. Il termine cette course à la douzième place. Ce sera difficile pour lui de briller au Tour avec la forte concurrence qu’il n’avait pas l’an passé lors de sa victoire.
Sa saison 2015 : aucune victoire majeure. L’an passé sur le Tour : victoire.

Alberto Contador (Tinkoff-Saxo)
S’il n’a pas participé au Critérium, c’est pour profiter de son repos bien mérité et de se préparer idéalement pour le Tour de France. Il a déjà gagné le Tour d’Italie cette année mais sa soif de victoire ne s’arrête pas là. Il compte bien gagner son troisième Tour de France après ses victoires en 2007 et 2009 et fait figure de grand favori pour la victoire finale.
Sa saison 2015 : victorieux au Giro. L’an passé sur le Tour : abandon.

Nairo Quintana (Movistar)
Il se sait très attendu sur ce Tour. Sa seule participation, en 2013, avait été une grande réussite : deuxième du classement général, maillot blanc de meilleur jeune et maillot blanc à pois rouge de meilleur grimpeur. Lui non plus n’a pas souhaité participer au Dauphiné pour, sans doute, mieux se préparer. Le Tour est son objectif de la saison. Pour preuve, il n’a pas disputé le Giro afin de se concentrer pleinement sur la Grande Boucle qu’il peut gagner, c’est peut-être son année.
Sa saison 2015 : victorieux sur Tirreno-Adriatico. L’an passé sur le Tour : non participation.

Alejandro Valverde (Movistar)
Il fait partie des outsiders sur le Tour de France. Neuvième sur ce Dauphiné, il n’a pas réussi à se montrer, chose qu’il aura l’occasion de faire sur la route du Tour où il rêve enfin de briller et de monter sur le podium. A noter ses deux victoires dans des classiques cette année, la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège. Pour la victoire finale, cela semble compliqué d’autant plus que le leader de son équipe sera Quintana.
Sa saison 2015 : victorieux du Trofeo Serra de Tramuntana, de la Flèche Wallonne et de Liège-Bastogne-Liège. L’an passé sur le Tour : quatrième.valverde

Tejay Van Garderen (BMC)
Sur le Dauphiné, il a montré au monde entier qu’il fallait compter sur lui pour le prochain Tour de France. Aujourd’hui, peu de monde est capable de rivaliser avec Chris Froome. Il a réussi à le faire, même s’il a finalement perdu cette course pour seulement dix petites secondes. L’américain fait figure d’outsider et visera sans doute le podium, au minimum.
Sa saison 2015 : aucune victoire majeure. L’an passé sur le Tour : sixième.

Où en sont les Français ?

Comme chaque année, la France attend le Tour pour y voir briller ses français. L’an passé, nos tricolores avaient excellé comme jamais. Thibaut Pinot et Jean-Christophe Péraud étaient sur le podium sur les Champs-Elysées (respectivement deuxième et troisième) tandis que Romain Bardet terminait lui à la cinquième place. De plus, Pinot était maillot blanc et la meilleure équipe était encore française (AG2R la mondiale). Il sera donc très compliqué de faire mieux cette année, mais pas impossible. Voilà maintenant trente ans que Bernard Hinault gagnait le Tour, le dernier pour un français. Mais les français ont montré beaucoup de signes positifs en ce début d’année. Romain Bardet s’est montré excellent au Dauphiné où il a remporté en solitaire une étape et a terminé à la sixième place à « seulement » deux minutes de Froome. Dans un tout autre registre, Nacer Bouhanni a également réussi dans cette course en terminant meilleur sprinteur et en remportant deux étapes au terme de deux sprints qu’il a parfaitement maîtrisé. En revanche, la saison est plus compliquée pour Jean-Christophe Péraud, qui n’a pas fait de bonnes courses jusque là mais attend impatiemment le Tour pour se montrer et prouver que sa troisième place de l’an dernier était méritée malgré son âge (37 ans). Celui qui fut dauphin de Nibali en 2014, Thibaut Pinot, est un peu dans le même cas malgré quelques bonnes courses, et tentera lui aussi de monter sur la boîte avenue des Champs-Elysées, le 26 juillet prochain.

A présent, vous pouvez répondre à ce sondage et ainsi donner le nom du futur vainqueur de la Grande Boucle.

Publicités