Les premiers Jeux Européens se sont tenus à Bakou (Azerbaïdjan) du 12 au 28 juin. Ils ont regroupé près de 6000 athlètes, venus de 50 pays et répartis dans 20 sports à travers plus de 250 épreuves. Mais pourquoi encore une énième compétition sportive et si peu médiatisée ?

Un projet qui n’intéresse pas

Ces Jeux Européens n’ont pas séduit les meilleurs athlètes européens du continent, sans surprise. Certains attendaient sans doute un peu de temps avant de se lancer dans cette compétition, alors inconnue avant son lancement. D’autres s’intéressent logiquement plus au titre national, européen, mondial voire olympique plutôt qu’à cette petite compétition. Parmi les 6000 participants, seulement 150 sont des médaillés olympiques. Et l’Azerbaïdjan n’est pas le pays le plus touristique, situé à plus de 4000 kilomètres de Paris… De quoi ostensiblement couper l’envie de participer pour les sportifs hésitants, mais surtout de voyager pour les quelques supporters intéressés par la compétition. De plus, les sports proposés par ces Jeux ne sont pas les plus médiatisés. En voici quelques exemples : canoë-kayak, taekwondo, tir à l’arc, gymnastique, plongeon… Il est vrai que découvrir de nouveaux peut être intéressant, mais il faudrait plus de sports populaires pour susciter l’engouement du public. Et parmi les grands sports présents à Bakou, les performances n’incitent pas non plus à l’euphorie générale. Seule exception, le judo a réuni les meilleurs européens. En cause, ces Jeux ont fait figure de championnat d’Europe pour les judokas. Les Jeux Européens n’ont semblé intéresser que la Russie et l’Azerbaïdjan. Dans le pays organisateur, les Jeux suscitent l’attraction et sont un évènement national, notamment pour les sports de combat, spécialité azerbaidjanaise. La Russie est aussi très présente à Bakou avec une multitude d’athlètes qui ont glanés 164 médailles, dont 79 en or ! Les autres pays comme la France en ont parlés vaguement, sans plus. La chaîne gratuite L’Equipe 21 a été la seule en France à diffuser la compétition, avec succès. Les records d’audience de la chaîne ont été battu pendant la quinzaine, on peut tout de même attendre longtemps avant de voir les Jeux Européens diffuser sur les grandes chaînes nationales.

L’Azerbaïdjan ne veut pas s’arrêter là

Si ces Jeux peuvent être un tremplin pour la carrière des jeunes joueurs, il n’est est pas sûr néanmoins qu’on retrouvera ces sportifs aux Jeux Olympiques l’an prochain à Rio car ils n’ont pas la certitude d’y participer, même en cas de titre. Quoi qu’il en soit pour les sportifs qui se sont lancés dans l’aventure, le grand vainqueur de ces premiers Jeux Européens est l’Azerbaïdjan. Le pays hôte accueillait le plus grand évènement sportif de son histoire qui lui a coûté plus de 800 millions d’euros. Si le pays est ravi de l’évènement qui a été vécu pleinement sur les bords de la mer Caspienne, il ne compte pas s’arrêter là. Paris est candidat pour l’organisation des Jeux Olympiques 2024 et Bakou pourrait bien l’être. La ville compte bien s’appuyer sur ces Jeux Européens pour convaincre le jury. Nul doute que la ville azerbaidjanaise ne sera pas le concurrent le plus redoutable pour Paris qui a d’autres échéances bien plus médiatiques et observées qui arrivent (Euro 2016 de football, Mondial 2017 de handball, Mondial 2019 de football féminin…). Et quand les autres candidats s’appellent Boston, Rome ou Hambourg, difficile d’imaginer l’Azerbaïdjan organiser des J.O… Mais après avoir vu des Coupes du Monde attribuées en Russie ou Qatar (avec une évidente corruption), pourquoi pas voir des Jeux en Azerbaïdjan ? Organiser des J.O. ne sera pas la meilleure décision prise par le CIO (Comité International Olympique), mais l’idée d’organiser des Jeux Européens n’en n’était pas non plus une…

Quelle suite pour les Jeux Européens ?

En bref, les J.O. ont lieu tous les 4 ans, ce qui reste un évènement exceptionnel. Ils ne doivent pas être copiés comme l’ont fait les Jeux Européens. Des championnats d’Europe existent pour tous les sports, alors inutile de faire une compétition supplémentaire, qui en plus sème le trouble chez le public ne comprenant pas forcément ce que vient faire un tel évènement. La seconde édition est prévue en 2019, dans un lieu encore inconnu. Elle devait se tenir aux Pays-Bas avant leur désistement. Les Hollandais ont refusé, de peur de ne pas avoir assez de grands sportifs et de public. On se demande aujourd’hui quelle ville oserait dépenser une fortune pour organiser les Jeux Européens, sans avoir la certitude d’avoir un succès politique et médiatique. Les petits pays sont les seuls à s’intéresser à ce projet, mais faute de moyens, ils seront incapables d’organiser des Jeux Européens. L’édition 2019 aura probablement lieu dans un autre pays « non-européen » ou dans un grand pays qui se décidera d’organiser cette compétition. Mais au fond, la meilleure solution ne serait-elle pas de supprimer ces Jeux qui font dépenser beaucoup d’argent pour un public restreint et l’absence de grands champions ?


Merci de votre lecture, en attente de vos commentaires et analyses.
Je vous rappelle que vous pouvez voter ici pour votre favori au Tour de France (en dessous de l’article) : https://resultats-sportifs.net/2015/06/15/le-dauphine-repetition-generale-avant-le-tour/.

Pour contribuer à l’amélioration de ce blog, vous pouvez également répondre au sondage ouvert à l’issu du premier anniversaire du blog : https://resultats-sportifs.net/2015/05/05/le-blog-fete-son-premier-anniversaire/.

Publicités