Premier sprinteur français vainqueur d’étape sur le Tour depuis 2006, le champion de France Arnaud Démare aura comme objectif non seulement de lever les bras à nouveau sur la Grand Boucle, mais aussi de ramener le maillot vert sur les Champs-Elysées.

Un nouveau statut à assumer

Le premier coureur Français en vert à l’arrivée du Tour depuis Laurent Jalabert en 1995 s’appelle peut-être Arnaud Démare. Double champion de France (2014 et 2017), il s’avance de plus en plus en tant que meilleur sprinteur en France, mettant Nacer Bouhanni, son rival de toujours, hors de portée. C’est au printemps 2016 que le coureur FDJ prend une dimension internationale, remportant le mythique Milan – San Remo. Alors qu’il n’avait pas remporté la moindre étape sur ces quatre grands Tours disputés (Tour 2014 et 2015, Giro 2012 et 2016), il semble avoir confirmé cette année avec déjà un succès lors de la quatrième étape à Vittel et deux deuxièmes places à Liège et à Troyes, toujours derrière Kittel. Mais avec le maillot vert sur le dos, ses ambitions ne s’arrêtent pas à une simple victoire d’étape, alors qu’il reste plus de deux semaines de course.

Une chute qui change tout 

Nous sommes sous la flamme rouge de la quatrième étape. Une première chute intervient alors que le sprint est en pleine préparation, éliminant le maillot vert Marcel Kittel de la course à la victoire. Et à 200 mètres du but a lieu la chute spectaculaire de Mark Cavendish, poussé par un coup de coude de Peter Sagan. À Vittel, Arnaud Démare, comme un poisson dans l’eau, en profitait pour régler le sprint et remportait son premier succès sur le Tour.

Il endossait également le maillot vert de meilleur sprinteur. Mais Peter Sagan, double champion du monde et quintuple vainqueur du maillot vert (de 2012 à 2016) a été dans la foulée mis hors course pour ce geste anti-sportif, tandis que Cavendish (30 victoires sur la Grande Boucle) a été contraint à l’abandon, touché à l’épaule. Au départ de la cinquième étape, cela faisait donc deux concurrents très sérieux en moins pour le coureur FDJ en vue du maillot vert et des sprints. Du coup, les Allemands Marcel Kittel (deux victoires cette année) et André Greipel, qui comptent onze succès sur la route du Tour, sont les derniers grands concurrents de Démare pour la tunique verte, même si Mattews, Kristoff, Bouhanni ou encore Colbrelli sont aussi des menaces proches.

Encore du chemin avant Paris 

Omniprésent dans les sprints, intermédiaires comme ceux d’arrivée, Démare doit continuer à toujours se placer et même s’il doit parfois céder, car ce classement récompense avant tout le sprinteur le plus régulier. Kittel compte par exemple plus de victoires d’étapes mais lorsqu’il ne gagne pas, arrive loin derrière et marque donc peu de points. De plus, le Français peut se montrer à l’aise lorsque la route s’élève un peu (6e à Longwy), à défaut des Allemands qui coincent sur la moindre bosse. Il devrait rester sept opportunités aux sprinteurs pour une victoire d’étape, le coureur FDJ peut donc viser encore plusieurs succès pour assaisonner son maillot vert d’une toute autre saveur. À 25 ans, Arnaud Démare représente le présent et l’avenir du cyclisme français et nul doute qu’un maillot vert sur les Champs-Elysées lui ferait entrer dans une toute autre dimension.

Publicités