Alors que l’équipe de France se rassemble en vue des deux prochains matchs de qualification à la Coupe du Monde, ce vendredi face à la Bulgarie et lundi aux Pays-Bas, les avis divergent sur les défenseurs à sélectionner dans deux ans, à condition bien évidemment de se qualifier pour le Mondial russe.

Voici le premier volet de la série, en trois épisodes, consacrée à l’équipe de France. Tout au long des éliminatoires, vous retrouverez un article sur les joueurs de chaque poste, excepté dans les buts où Hugo Lloris est intouchable. 

Charnière centrale 

Aujourd’hui, ils sont neuf défenseurs centraux à prétendre à une place en équipe de France, même si cela peut varier d’ici l’été 2018. Par exemple, certains pourraient prendre leur retraite internationale s’ils estiment ne plus apporter aux Bleus, comme Jérémy Mathieu récemment.

ILS Y SERONT CERTAINEMENT L’idée de retraite sera pas dans l’esprit de Raphael Varane (31 sélections, 2 buts) qui, en dépend d’un temps de jeu pas assez conséquent au Real Madrid, semble indispensable à son pays. Ce dernier a soif de compétition après avoir manqué l’Euro 2016 à domicile. Son associé sera éventuellement un joueur dont le statut est complètement différent, le Gunner Laurent Koscielny (38 sélections, 1 but), qui joue tous les matchs de son club en intégralité. Le troisième homme de cette liste a été découvert au grand public seulement en quarts de finale du Championnat d’Europe, où il a connu sa première sélection et titularisation. Blessé et absent de ce rassemblement, Samuel Umtiti (4 sélections) a changé de dimension en signant au FC Barcelone cet été et semble déjà être un atout fort des Bleus.

ILS Y SERONT PROBABLEMENT Convoqué pour la première fois par Didier Deschamps à l’occasion des rendez-vous à venir face aux Bulgares et Néerlandais, Aymeric Laporte (0 sélection) est très connu en Espagne où il ne souffre d’aucune contestation à seulement 22 ans, à tel point que le Basque aurait pu jouer pour la Roja. À côté de lui pourrait se retrouver Kurt Zouma (2 sélections), qui n’a plus été appelé depuis un an, faute à une grave blessure. Le joueur de Chelsea n’a que 22 ans, ce qui serait un plus dans une jeune équipe de pépites. Et puis Eliaquim Mangala (8 sélections) a une belle carte à jouer même s’il n’était pas beaucoup présent cet été en France et qu’il a été remplacé de dernière minute par Kimpembe.

ILS ONT DE PETITES CHANCES Justement, le tout récent joueur pro au PSG impressionne pour ses débuts. Presnel Kimpembe (0 sélection) n’a eu besoin que de 17 matchs chez les professionnels pour séduire Didier Deschamps ! On le connaît encore très peu, d’où ce statut d’outsider, mais il faut attendre ces premières performances en Bleu pour le juger. Passons à un cas un peu particulier. Mamadou Sakho (28 sélections, 2 buts), connu pour son doublé qui a offert la qualification au Mondial 2014 à  la France, ne joue plus avec Liverpool cette saison. Son avenir en club est essentiel pour son éventuel avenir chez les Bleus. Il n’a plus été appelé depuis le mois de mars. Enfin, Adil Rami (32 sélections, 1 but) a débarqué à l’Euro pour pallier une cascade de blessures. Si ces performances ont été critiqué, son expérience lui permettrait d’intégrer cette équipe mais il faudrait encore plusieurs absents. Il est actuellement blessé et n’est pas dans l’effectif actuel.

Latéraux

En ce qui concerne les côtés de la défense, il y a bien plus de certitude même si le doute plane sur le retour ou non de Patrice Evra, alors qu’il aura 37 ans au moment de la Coupe du Monde.

Le côté droit

Bacary Sagna (64 sélections), en Bleu depuis près d’une décennie, n’envisage pas la fin de carrière mais aura-t-on essentiellement besoin de lui en 2018, quand il sera âgé de 35 ans ? Pour le moment, sa place est en tout cas en équipe de France. Un de ses concurrents à droite, Christophe Jallet (11 sélections, 1 but), est né la même année. Alors qu’il est derrière dans la hiérarchie, le Lyonnais, actuellement blessé, ne devrait pas s’éterniser sur le banc français, il est donc peu probable de le retrouver avec les Bleus en 2018. En revanche, Sébastien Corchia (0 sélection) pourrait tout à fait s’incruster dans l’effectif du Mondial. Appelé pour la première fois en septembre, il est pour le moment laissé de côté mais en dépit d’un potentiel moyen à ce poste en France, on devrait revoir le Nordiste en équipe de France.

Le côté gauche

À gauche, c’est beaucoup plus dense avec des joueurs dans l’ensemble plus performants. À commencer par Djibril Sidibé (2 sélections), révélation l’an passé en Ligue 1 et qui a porté le maillot bleu pour la première fois le mois passé. L’avantage du monégasque est qu’il est polyvalent, c’est-à-dire qu’il peut jouer aussi bien sur les deux côtés. Lui aussi a honoré sa première sélection tout récemment et brille depuis le début de saison avec le PSG. Layvin Kurzawa (2 sélections) a complètement changer de statut en quelques mois et forge aujourd’hui une image de défenseur buteur. Il ne serait pas idiot de le faire monter en position de milieu droit, lui qui est si à l’aise offensivement. Pour finir, il y a Lucas Digne (14 sélections), une nouvelle fois appelé même si son temps de jeu limité au Barça pourrait inciter Deschamps à ne plus lui faire confiance.

SONDAGE : Quels défenseurs choisissez-vous pour la Coupe du Monde 2018 ?

Si vous avez d’autres idées de défenseurs français pour la Coupe du Monde 2018, n’hésitez pas à le signaler dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux !

Publicités