L’arrivée surprise de Cristiano Ronaldo à la Juventus Turin semble avoir donné des ailes à tout le championnat italien. Critiquée pour son jeu peu spectaculaire et son manque de suspense, la Serie A a attiré plusieurs recrues de talent et s’avance vers une saison qui pourrait être plus disputée. 

Moins en vue depuis une petite décennie, avec une Juventus écœurante de domination et des clubs milanais en perte de vitesse, sans compter une présence inhabituellement terne sur la scène européenne – six demi-finales continentales (C1+C3) depuis le sacre de l’Inter en C1 en 2010 -, la Serie A est peut-être bien en train renaître de ses cendres. Entre la saison remarquée de Naples qui a un temps cru pouvoir briser l’hégémonie des bianconeri, l’arrivée fracassante de Cristiano Ronaldo et plus globalement un marché des transferts très actif, sans oublier le retour attendu des deux Milan, le Calcio semble avoir repris des couleurs ces dernières semaines.

Un transfert galactique

C’est à n’en pas douter le transfert du siècle. Après neuf ans au Real Madrid, 450 buts marqués en 438 matchs, quatre ballons d’or sous le maillot merengue, seize trophées dont quatre Ligues des Champions ou encore deux titres de champion d’Espagne, l’homme qui a explosé tous les records avec la Maison Blanche s’en est allé. Quelques semaines après le départ soudain de Zinédine Zidane, une autre légende du club et du football l’a imité. Alors que Zizou s’était révélé à la Juventus Turin avant d’écrire l’histoire au Real Madrid, CR7 rejoint lui la Vieille Dame pour de nouveaux défis et d’autres titres à 33 ans puisqu’il a tout remporté plusieurs fois avec les Merengue et que son passage laissera une trace indélébile en Espagne.

Si son transfert n’a coûté « que » 100 millions d’euros, ce qui est loin des 222 de Neymar ou des 180 de Mbappé, il ne faut pas oublier que le Portugais est trentenaire et que sa forme physique impressionnante ne l’empêche pas de se tourner vers la fin de sa carrière. En 2009, il avait coûté à peu de choses près la même somme au Real, sa valeur reste donc identique à 24 et à 33 ans, preuve de sa forme sportive intacte. C’est évidemment un transfert record en Serie A, un championnat où seul le mouvement d’Higuain de Naples à la Juventus pour 90 millions d’euros avait dernièrement frappé un grand coup. De même que Neymar avait apporté un énorme coup de projecteur sur la Ligue 1 la saison dernière et continuera de le faire cette saison, la venue de Ronaldo en Italie donnera dans une proportion plus impressionnante un coup de boost à ce championnat plutôt à la peine ces dernières années. Pour exemple, il a déjà vendu plus de 55.000 maillots à son effigie en trois semaines, soit un toutes les trente secondes…

L’effet CR7 sur le mercato

Le transfert de Cristiano Ronaldo au début du mercato a créé un effet boule de neige sur la Serie A. Depuis sa signature, le championnat a attiré toutes les lumières et a déjà enregistré l’arrivée de plusieurs très grands joueurs. D’abord, il y a l’Inter Milan dont les rumeurs foisonnent sans arrêt. Aux arrivées de Vrsaljko, Naiggolan et De Vrij, même si ces deux derniers évoluaient déjà en Italie la saison passée, il faut ajouter les noms de Vidal et Modric qui ont été cités du côté de la Lombardie même si ces rumeurs ne se sont pas concrétisées par un transfert. À Rome, le Bordelais Malcom avait lui aussi failli débarquer avant de changer de destination au dernier moment, préférant le FC Barcelone. Mais il n’est pas le seul joueur de talent de Ligue 1 à s’être intéressé à la Serie A puisque Javier Pastore, en recherche de temps de jeu, a été officialisé à l’AS Rome tandis que la pépite Alban Lafont a quitté Toulouse pour rejoindre la Fiorentina à 19 ans pour confirmer au très haut niveau.

@ AC Milan

En interne, ça a aussi beaucoup bougé et plusieurs stars ont fait le choix de rester en Italie. La transaction la plus marquante de l’été est celle qui a vu Gonzalo Higuain quitter la Juve, sentant bien que l’arrivée de Cristiano Ronaldo  allait le pousser sur le banc, pour rejoindre le Milan AC alors que Leonardo Bonucci a fait le chemin inverse. Le défenseur revient ainsi dans les rangs de la Vieille Dame un an après les avoir quitté, mais il n’est pas seul puisqu’il a pris dans ses bagages Mattia Caldara, un défenseur de 24 ans qui fait office de pari. Il ne faut pas oublier à ces transferts de prestige les arrivées  à la Juve d’Erme Can, libre depuis son départ de Liverpool et de Carlo Ancelotti sur le banc napolitain. En attendant pourquoi pas Antonio Conte, qui ne serait pas contre un retour dans son pays après avoir quitté Chelsea et Zinédine Zidane dans les années à venir ?

Le retour des Milan, la Juve concurrencée, le titre plus disputé ? 

Outre des arrivées de prestige en nombre, la Serie A pourrait simplement être plus attractive par son suspense pour le titre et par des matchs enflammés entre cadors, à l’image de ce que l’on peut retrouver en Premier League. L’excellente saison du Napoli terminée avec un total de 91 points, à quatre petites longueurs du champion bianconero a donné le ton. Des cinq grands championnats européens, le Calcio fut le plus serré en 2017-2018. Sans oublier le parcours presque miraculeux de l’AS Rome en Ligue des Champions qui a renversé le Barça en quarts (1-4 puis 3-0) avant de passer à un souffle de jouer une finale (défaite 7-6 en cumulé face à Liverpool).

@ Getty Images

Cette saison, la Juventus, malgré un effectif impressionnant embelli par l’arrivée du quintuple Ballon d’Or, pourrait être à nouveau embêtée par Naples qui doit confirmer que sa saison n’était pas un simple coup d’éclat. À défaut d’un mercato calme, les Napolitains se sont offert les services d’un entraîneur expérimenté et qui gagne partout, Carlo Ancelotti. Mais deux nouvelles menaces, en plus des outsiders que sont la Roma voire la Lazio, semblent capables de titiller le septuple tenant du titre. L’Inter Milan a renforcé son effectif (voire paragraphe précédent) et semble capable d’aller faire mieux que sa quatrième place de cette année alors que son voisin de l’AC Milan pourrait enfin redécoller.

Le passage sous le pavillon chinois n’aura duré qu’un an, la faute à des résultats encore moyens et surtout à des finances mal gérées. Le retour au premier plan attendu sera retardé d’au moins une saison mais il y a cette année beaucoup à espérer. Le rachat du club par des investisseurs américains a permis au club lombard en premier lieu d’annuler son exclusion en Ligue Europa grâce aux rééquilibres des finances. Un premier ouf de soulagement. Ensuite, l’AC Milan a enregistré le retour de Leonardo au poste de directeur sportif, une bonne nouvelle pour les supporters rossoneri et pour le mercato (Higuain et Caldara ont déjà signé). Le club doit maintenant trouvé un équilibre sportif qui ferait suite à l’équilibre financier apporté par les nouveaux propriétaires et pourrait à moyen terme retrouver un standing digne de son passé glorieux. Ce serait une bonne nouvelle de plus pour la Serie A.

Publicités