Tout au long du Tour d’Italie, retrouvez une histoire, un fait de course ou un coureur sulla strada del Giro, comprenez sur la route du Giro. Rendez-vous pour cela chaque jour de course sur ce blog jusqu’à l’arrivée finale du 27 mai. 

Le maillot rose a encore frappé fort en remportant au forceps sa deuxième étape et domine ainsi largement ce Giro. Les occasions et les hommes se feront désormais rares pour renverser Simon Yates avant l’arrivée finale à Rome.

Sur un parcours une fois de plus rarement plat, ce sont les cinq derniers kilomètres en particulier qui devaient faire la différence pour la victoire d’étape mais aussi pour une explication entre les leaders du général. Deux pentes courtes mais terribles montant jusqu’à 16%, entrecoupées d’une descente, promettaient un final explosif. Avant cela, la route du Giro était symboliquement passée par Filottrano, village de Michele Scarponi, disparu l’an dernier dans un accident à l’entraînement.

Au sein d’un peloton déjà très réduit par ses accélérations multiples pour revenir sur l’échappée et par les premières ascensions du jour, Stybar et Wellens ont été les premiers à sortir, à l’entrée de la montée en pavé. Derrière, les favoris sont restés aux aguets dans l’attente du mur menant à l’arrivée. Celui-ci a vu Froome distancé très rapidement, ce qui commence à devenir une habitude.

C’est ensuite le maillot rose en personne qui a dégoupillé en premier, suivi seulement par Dumoulin qui a passé toute la montée quelques mètres derrière lui. Mais le rouleur néerlandais ne sera pas parvenu à lui revenir dessus dans les ruelles d’Osimo. Dans cette arrivée en montée et sur pavés, les grands leaders sont arrivés éparpillés sauf Pinot et Pozzovivo qui n’ont concédé « que » huit secondes (18 avec la bonification) sur le Britannique, de plus en plus impressionnant.

Le tunique rose ne semble donc pas trop grande pour Simon Yates. Depuis qu’il a enfilé le maillot du leader, il se sublime encore et encore et parvient à accroître son avance dès qu’il le peut. Si ce n’était pas de la haute-montagne aujourd’hui, il a tout de même écrasé la concurrence qui n’a même pas eu le temps de tenter quoi que ce soit. Mais le scénario se jouera en grande partie mardi prochain dans un contre-la-montre très favorable à Froome et Dumoulin. Pour les autres favoris, il faudra probablement attendre la troisième semaine avec les jambes lourdes pour certains et les dernières étapes pour espérer renverser l’homme fort de ce Tour d’Italie.

Publicités