L’objectif initial des 20 médailles de la délégation française pour ces Jeux Olympiques n’est pas atteint. Mais avec 15 breloques ramenées de PyeongChang, la France égale son record total et bat même son record de titres avec cinq sacres. Focus sur les Français qui sont montés sur les podiums de Corée du Sud. 

Ils ont retrouvé l’or quatre ans après 

On a cru au pire pour Martin Fourcade. Lui qui n’avait jamais quitté le podium cette saison en 15 courses a pris une décevante huitième place du sprint. La malédiction des porte-drapeaux français pouvait trotter un instant dans sa tête. Sauf que ce champion hors-norme ne connaît pas le doute et s’est rattrapé dès le lendemain sur la poursuite en conservant son titre olympique, son troisième au total. Pour le quatrième, il s’est tourné vers la mass start où il devenait au bout d’un sprint épique l’athlète français le plus titré des Jeux d’hiver.

Moins médiatisé, Pierre Vaultier a aussi réussi le doublé après Sotchi 2014. En snowboardcross, il est revenu de loin et notamment d’une chute en demi-finale. Il s’est relevé pour terminer la course et décrocher une place miraculeuse en finale. La frayeur était passée, le tenant du titre s’est imposé sans contestation. Le jeune trentenaire pourra encore tenter l’impossible à Pékin en 2022 avec un incroyable triplé en ligne de mire.

@ GEPA pictures / Mathias Mandl

Ils ont tenu leur rang 

L’épreuve du combiné a la particularité d’être la seule de ces Jeux avec deux Français sur la boîte. Pour sa première olympiade, Victor Muffat-Jeandet a accroché le bronze juste derrière Alexis Pinturault. Celui-ci s’est même offert une deuxième breloque avec le bronze sur le géant. Globalement, si ces médailles sont satisfaisantes, elles sont un minimum car les Bleus auraient pu repartir avec un meilleur butin quand on sait qu’ils ont été à chaque fois bien placés et ont collectionné les places d’honneur.

La nuit argentée du 20 février a offert à Marie Martinod une deuxième place en ski half-pipe, la même excellente performance qu’à Sotchi. Dans le même temps, le couple Papadakis-Cizeron s’est aussi emparé de l’argent mais avec une saveur différente. Si le patinage artistique a rapporté la première médaille à la France en sport de glace depuis 2002, le duo était arrivé à PyeongChang dans la peau de favori et avec l’or en tête. Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron, qui ont eu le privilège d’être porte-drapeau pour la cérémonie de clôture, ont échoué d’un souffle pour le titre et reviendront certainement dans quatre ans revanchards.

@ Reuters / Lucy Nicholson

À trois jours de la fin des Jeux, les filles du biathlon ont glané la quinzième et dernière médaille de la délégation française. Anaïs Chevalier, Marie Dorin-Habert, Justine Braisaz et Anaïs Bescond avaient connu une quinzaine plus ou moins réussie mais l’ont achevé de très belle façon avec une jolie médaille de bronze. Mention spéciale à Marie Dorin-Habert, qui, au cœur d’une saison compliquée, a clairement réussi ses Jeux et notamment ce relais pour sa dernière grande course.

À lire : Interview avec Marie Dorin-Habert


Ils ont agréablement surpris

Elle avait lancé l’équipe de France olympique avec un magnifique sacre au deuxième jour de compétition, apportant à la délégation le premier podium et la première Marseillaise de cette olympiade. Perrine Laffont disputait déjà ses deuxièmes Jeux à 19 ans et son expérience précoce l’a amené au sommet de l’Olympe alors qu’elle faisait plutôt figure d’outsider et qu’une breloque aurait déjà été satisfaisante.

Sa cadette de trois ans, Julia Pereira de Sousa Mirabeau, a signé la plus grande surprise française en Corée du Sud. La plus inattendue des quatre Françaises  du skicross s’est d’abord invité en finale, première surprise, avant de consoler le clan tricolore déçu des échecs des trois autres avec une magnifique deuxième place qui vaut tout l’or du monde. Elle-même ne semblait pas réaliser à l’arrivée et surtout ne s’attendait pas à un podium olympique si tôt, à seulement 16 ans.

@ AFP

Outre l’ogre Martin Fourcade, nous avons eu le plaisir de voir d’autres biathlètes tricolores sur la plus haute marche du podium. Candidate à la médaille mais pas favorite, la France alignait un relais mixte composé de Marie Dorin-Habert, Anaïs Bescond, Simon Desthieux et Martin Fourcade. Malgré un milieu de course compliqué, le multi-médaillé olympique s’est démené dans le dernier relais pour aller chercher et partager un or longtemps inespéré avec toute son équipe.


Et aussi…

L’athlète française la plus médaillée des Jeux Olympiques de PyeongChang à égalité avec Fourcade n’est autre qu’Anaïs Bescond. Avant ses podiums en relais, elle avait décroché seule son premier podium olympique sur la poursuite. Si l’argent était à sa portée, la Française a signé une magnifique remontée pour lancer idéalement sa très belle olympiade.

Enfin, le ski de fond français espérait sans doute ou une plusieurs médailles individuelles mais la déception digérée, il s’est rabattu sur ses relais masculins. Jean-Marc Gaillard, Maurice Manificat, Clément Parisse et Adrien Backscheider sont allés se venger de leurs performances individuelles en allant conserver son bronze obtenu il y a quatre ans, une performance qu’il ne faut pas banaliser. Et puis le sprint libre par équipes ont permis à Maurice Manificat et Richard Jouve de se distinguer en décrochant aussi le bronze, une médaille tout aussi remarquable.


Publicités