Outre Nadal et Federer, finalistes de 2017 et annoncés favoris, plusieurs joueurs seront à suivre de près à l’occasion de cet Open d’Australie. Voici une sélection de cinq d’entre eux qui pourraient se distinguer de diverses manières pendant la quinzaine de Melbourne. 


Gaël Monfils, le come-back inespéré ? 

Au lendemain d’une saison 2016 remarquable, le Français a été quasiment absent des débats l’an passé. Avec seulement 34 matchs disputés, aucun quart de finale en Grand Chelem ou Masters 1000 et une blessure qui l’a contraint à arrêter sa saison à l’US Open début septembre, l’année de La Monf a été plus ou moins catastrophique. Alors son sacre à Doha pour son premier tournoi joué depuis quatre mois, imitant au passage Gilles Simon vainqueur à Pune, a de quoi rassurer et espérer le voir briller à Melbourne. Désormais 37e du classement ATP et cinquième joueur français, il s’engagera dans son treizième Open d’Australie loin d’être favori ou outsider mais pourra prétendre à un beau parcours. Pour cela, il faudra probablement se défaire dès le deuxième tour d’un certain ex-numéro un mondial qui lui aussi revient de loin…


L’inconnu Novak Djokovic 

@ Reuters

Le Serbe sera une des interrogations de cet Open d’Australie après sa longue absence. Il n’a plus rejoué en compétition officielle depuis ce quart de finale perdu à Wimbledon face à Berdych. 2017 a aussi été sa première année sans victoire en Grand Chelem depuis 2010 et l’US Open son premier des quatre tournois majeurs manqué depuis ses débuts sur le circuit en 2005. Désormais 14e mondial – un rang inédit pour le Djoker depuis plus de dix ans – il disputera à Melbourne son premier tournoi de l’année. Son état de forme est donc inconnu malgré une victoire nette cette semaine face à Thiem en tournoi exhibition. Six fois vainqueur du Grand Chelem australien, il reste un des prétendants derrière Nadal et Federer, à condition d’un état de forme optimal. Après avoir débuté contre Young, il pourrait donc se frotter à Gaël Monfils, justement en grande forme, dès le deuxième tour.


Grigor Dimitrov en quête du sacre

Le vainqueur surprise du Masters il y a quelques semaines aborde le premier Grand Chelem de l’année dans la peau de troisième joueur mondial. Auteur d’une saison pleine l’an dernier, où il a notamment remporté son premier Masters 1000 à Cincinnati, le Bulgare s’annonce comme un des hommes en forme et capable de créer l’exploit même face aux plus grands. Il avait par exemple frôlé la finale l’an passé à Melbourne, s’inclinant de justesse face à Nadal après un énorme bras de fer de près de cinq heures. Cette saison, il s’est hissé jusqu’en demi-finale à Brisbane avant de débarquer à Melbourne. Son tableau s’y annonce plutôt ouvert, à commencer par ses deux premiers tours contre des qualifiés. Reste désormais à savoir s’il saura tenir son statut de numéro trois mondial et de tenant du titre du Masters pour éventuellement aller chercher son premier Grand Chelem.


Juan Martin Del Potro toujours vivant

@ Getty Images

Après plusieurs saisons gâchées par les blessures à répétition, Juan Martin Del Potro et bien de retour à son meilleur niveau. Il disputera en Australie son quatrième Grand Chelem d’affilée, chose qui ne lui était plus arrivé depuis cinq ans. Malgré des débuts encore hésitants, il a réalisé une année 2017 correcte et en tout cas enfin complète, marquée par une demi-finale à Flushing Meadows. Cette saison a débuté pour lui par une première finale perdue à Auckland. Pour son premier Open d’Australie depuis 2014, l’Argentin dispose d’un tableau lui aussi ouvert avec un huitième de finale théorique face à Goffin. Quoi qu’il en soit, le 12e joueur mondial, classé au-delà de la 1000e place il y a tout juste deux ans, a les armes en main pour gagner ses combats et aller loin dans cette nouvelle aventure.

À lire :

Juan Martin Del Potro, éternelle renaissance


À domicile, Nick Kyrgios capable du meilleur comme du pire

L’espoir du tennis australien aimerait sans doute fait parler de lui devant son public autrement que par ses dérapages et polémiques à répétition. Auteur d’une saison moyenne marquée par des Grands Chelems ratés (il n’a jamais dépassé le deuxième tour) et terminée par une blessure, le fantasque bad-boy a déjà bien débuté 2018 avec une victoire dans le tournoi de Brisbane à domicile. Bien lancé dans sa saison et évoluant devant son public – même si celui-ci ne sera pas forcément un soutien de poids – on ne sait ce que peut offrir Nick Kyrgios. Outre son éclosion à Wimbledon en 2014 et à domicile il y a trois ans, il n’a jamais passé les huitièmes de finale en Grand Chelem. Le 17e mondial pourrait bien le faire cette année puisqu’il a hérité d’un tirage plutôt abordable et pourrait notamment croiser la route de Tsonga au troisième tour.


Publicités