Comme l’Islande, qui détonne dans le monde du football, ces petits pays de moins de trois millions d’habitants réussissent particulièrement bien dans un sport.

Jamaïque (athlétisme) : 2.900.000 habitants (140e)

Usain Bolt est certainement le sportif jamaïcain le plus célèbre au monde mais il est loin d’être le premier de son pays à s’être illustré sur la planète du sprint. Avant la légende aux 9 titres olympiques, Asafa Powell avait détenu quatre fois le record du monde du 100m et était descendu jusqu’à 9’72. Avec un Yohan Blake auteur d’un 9’69, la Jamaïque place trois hommes sur les quatre hommes les plus rapides de tous les temps. Sur le 200m, les Jamaïcains connaissent une réussite similaire (8 des 10 meilleurs temps de l’histoire) et chez les dames, Campbell-Brown et Fraser-Pryce ont régné et règnent encore sur le sprint mondial (11 médailles olympiques), tout comme dernièrement Elaine Thompson.
Malgré des Mondiaux compliqués et sauvés par McLeod sur le 100l haies et la fin de carrière d’Usain Bolt, le sprint continue à faire la gloire de cette île des Caraïbes.

Lituanie (basket-ball) : 2.900.000 habitants (141e)

Une des nations européennes fortes sur le parquet ces derniers temps se nomme la Lituanie. Le pays balte a en effet décroché cinq médailles continentales en 20 ans (1 en or, 3 en argent, 1 en bronze) après avoir conquis deux titres dans un autre temps, en 1937 et 1939. Sur la scène mondiale, les Lituaniens ont ramené le bronze en 2010 et restent sur une belle quatrième place. Ces derniers avaient glané trois breloques olympiques de ce même métal en 1992, 1996 et 2000 et se sont qualifiés pour chacune des sept dernières olympiades.

Monténégro (water-polo) : 630.000 habiants (166e)

Méconnu en France, le water-polo est une spécialité d’Europe de l’Est. Avec la Hongie, la Croatie ou la Serbie, le Monténégro fait partie de ces pays qui dominent la discipline. Et son palmarès est assez riche avec un titre de champion d’Europe (2008) et deux titres de vice-champion, une médaille d’argent mondiale (2013) et des podiums réguliers en Ligue Mondiale. Il ne faut pas non plus oublier son argent olympique de 2004 et l’or mondial de 2005, conquis à l’époque de la Serbie-et-Monténégro. Depuis la séparation du pays en deux, le Monténégro continue donc de briller dans les bassins continentaux et mondiaux.

Luxembourg (cyclisme) : 585.000 habitants (169e)

La réussite des frères Schleck est le reflet récent d’un succès du cyclisme luxembourgeois qui dure depuis toujours. En effet, le Luxembourg est le sixième pays à avoir gagné le plus de Grands Tours (2 Tours d’Italie, 5 Tours de France). Vainqueur de la Grande Boucle suite au déclassement pour dopage d’Alberto Contador (2010) et deux fois deuxième, Andy Schleck est sans doute le sportif luxembourgeois le plus célèbre. Son frère Fränk est aussi monté sur le podium du Tour (3e en 2011) et a obtenu lui aussi un beau palmarès. Aujourd’hui, Ben Gastauer et surtout Bob Jungels, meilleur jeune et dans le top 10 du Giro ces deux dernières années, représentent le Luxembourg dans le peloton.

Islande (football) : 335.000 habitants (180e)

La sensation du dernier Championnat d’Europe a confirmé lors des éliminatoires à la Coupe du Monde et semble définitivement être une nation de renommée européenne et mondiale. Désormais 21e au classement FIFA, l’Islande disputera son premier Mondial grâce à une très bonne campagne de qualification (7 victoires en 10 matchs), deux ans après un premier Euro retentissant (1/4 finale, élimination de l’Angleterre). Portée par son formidable public, ce ne sera plus une équipe surprise en 2018 mais un adversaire que tout le monde devra prendre très au sérieux.

Tonga (rugby) : 110.000 habitants (195e)

Qualifiés pour huit des neufs Coupes du Monde, les Tonga n’ont jamais dépassé le premier tour. Mais avec seulement 8.000 licenciés, cet îlot du Pacifique (748 km²) est tout de même classé 13e nation mondiale, tout proche de ses voisins fidjiens et samoans. Ceux-ci sont respectivement neuvième et seizième dans la hiérarchie mondiale mais comptent plus d’habitants (905.000 et 195.000). Cette triade ainsi que l’Australie et la Nouvelle-Zélande confirme que la tradition du rugby est toujours forte en Océanie, le plus petit continent au monde.


Publicités