Tout au long du Tour d’Italie, retrouvez une histoire, un fait de course ou un coureur sulla strada del Giro, comprenez sur la route du Giro. Rendez-vous pour cela chaque jour de course sur ce blog jusqu’à l’arrivée finale du 27 mai.

Simon Yates était une nouvelle fois le plus fort. Le maillot rose, vainqueur de sa troisième étape, a encore accentué son avance sur tous les favoris. Malgré toute sa bonne volonté, Thibaut Pinot n’a repris de temps sur aucun de ses adversaires et s’éloigne de la victoire finale.

Une attaque du meilleur jeune Miguel Angel Lopez provoquant une cassure dans la descente juste avant le pied de la dernière ascension répertoriée avait lancé le début des hostilités. Chris Froome était distancé dans l’ascension et au devant de ce peloton réduit, le tempo a évidemment accéléré jusqu’à l’attaque du maillot rose à 17 kilomètres de l’arrivée. On en a désormais l’habitude, Simon Yates s’est envolé vers une victoire en solitaire. Celle-ci lui a été servie sur un plateau puisque dans le groupe de cinq favoris qui suivait, seul Pinot et Dumoulin ont roulé et ont semblé s’intéresser à cette poursuite – jusqu’à se prendre le bec avec les trois autres leaders attentistes.

Derrière, Chris Froome s’est retrouvé un temps sans équipier avant le retour de Poels, puis s’est montré en difficulté à l’arrière d’un groupe d’une dizaine de coureurs avant de se faire même décrocher de ce petit peloton. Au lendemain de sa victoire éclatante sur le Zoncolan, le Britannique a donc marqué le coup, a perdu plus d’une minute trente sur Yates et s’éloigne ainsi une fois de plus du podium même si le contre-la-montre lui sera vraisemblablement favorable.

Dans le groupe des leaders, Carapaz et Lopez ont pensé au maillot blanc et n’ont pas collaboré tout comme Pozzovivo qui semble viser davantage au podium que la victoire finale. Une attaque de Carapaz avait distancé Dumoulin mais les sud-américains n’ont toujours pas roulé, jugeant le classement général pas comme un objectif premier, et ont laissé le Néerlandais revenir avant le sprint final pour les bonifications. Ce sont Lopez et Dumoulin qui ont pris les six et quatre secondes, devant un Pinot dépité mais loin derrière un Simon Yates tout heureux de cette mésentente.

Le Britannique compte à présent 2’11 d’avance au général sur le champion du monde du contre-la-montre avant le chrono de mardi, lendemain de journée de repos, où il portera le maillot rose pour le dixième jour de suite. Cette épreuve donnera encore plus d’indications quant au podium final et au futur vainqueur, même s’il restera ensuite trois étapes de haute montagne où les derniers écarts pourront être comblés, notamment par des coureurs comme Thibaut Pinot qui perdra à coup sûr du temps sur Froome et Dumoulin.

Publicités