On le sait, Cristiano Ronaldo postule comme le grand favori dans la course au Ballon d’Or. Mais ses deux titres acquis suffisent-ils à récompenser individuellement son année 2016, en dépit d’un second semestre inabouti ?

Moins performant individuellement, en réussite collectivement

Malgré deux sacres majeurs, la Ligue des Champions avec le Real Madrid et l’Euro 2016 avec le Portugal, Cristiano Ronaldo n’a pas connu une année parfaite individuellement, surtout depuis sa rentrée en septembre. Si ses statistiques restent tout à fait correctes (12 buts en 14 apparitions), « CR7 » semble souffrir sur le terrain et n’est pas aussi à l’aise qu’auparavant. La question est de savoir si ce n’est qu’un coup de mou passager ou un réel déclin physique, à l’image d’un Real Madrid en souffrance depuis le début de saison malgré son statut actuel de leader du championnat. En 2016, Ronaldo affiche un bilan provisoire de 41 buts en 46 matchs, soit 0,89 buts marqués par match. Ce ratio atteignait par exemple 1,19 lors de son pic de forme en 2013, époque de son deuxième Ballon d’Or.

Un an plus tard, alors que le Portugais soulevait son troisième Ballon d’Or, il affichait encore une moyenne de 1,09 buts par match. Son année inconstante pourrait toutefois se terminer par la plus belle distinction individuelle, la quatrième de sa carrière, car les performances collectives devraient faire pencher la balance en sa faveur. Le Merengue devrait tout de même se méfier, car le Ballon d’Or récompense le meilleur joueur sur une année civile et pas simplement sur le premier semestre et il y a de sérieux candidats à pouvoir le talonner sur l’échelle de l’année complète…

Griezmann et Messi à sa poursuite 

Sauf surprise, le podium du Ballon d’Or devrait se jouer entre Cristiano Ronaldo, Lionel Messi et Antoine Griezmann. Ces deux derniers semblent les grands adversaires de Ronaldo pour le titre. D’un côté, il y a « la Pulga », quintuple Ballon d’Or, tenant du titre et statistiquement meilleur que Cristiano Ronaldo en 2016 (0,94 but par match) mais qui pourrait payer son mauvais parcours européen avec le Barça (élimination en quarts de finale de Ligue des Champions) et sa finale perdue de Copa America avec l’Argentine. De l’autre côté, on retrouve le Français, en pleine explosion cette année et pour la première fois dans les finalistes. Mais une fois de plus, ce n’est pas ses performances individuelles qui pourrait l’empêcher de décrocher le Graal du footballeur, mais ses échecs successifs en finale de la Ligue des Champions et de l’Euro, battu à chaque fois cruellement par le Portugais : aux tirs au but en C1 avec l’Atlético, en prolongations à l’Euro avec l’équipe de France.

Messi et Griezmann semblent au coude à coude mais pour la deuxième place, bien qu’ils soient dans une meilleure forme depuis le début de saison que le champion d’Europe… S’il maintient ce niveau, « Grizi », chouchou des Français depuis l’Euro, pourrait être récompensé rapidement car les deux monstres Messi et Ronaldo ne pourront pas être éternellement au top mondial. En cas d’une bonne surprise dès cette année, Antoine Griezmann serait le premier Français Ballon d’Or depuis un certain Zinedine Zidane en 1998 et le premier à détrôner Messi et Ronaldo depuis Kaka en 2007. À part ces trois qui se démarquent, certains pourraient s’inviter sur le podium : Neymar, déjà sur le podium l’an passé, Luis Suarez, le meilleur buteur en Europe cette saison (40 réalisations), ou encore Pepe, lauréat de la Ligue des Champions et de l’Euro comme Ronaldo. Une chose est sûre,  ce sera un joueur de LaLiga qui sera sacré le 13 décembre, à moins d’une énorme surprise.

Le débat est lancé : Cristiano Ronaldo est-il intouchable pour le Ballon d’Or ? Leo Messi et Antoine Griezmann ont-ils une chance ?  N’hésitez pas à régir !

Publicités