Football : Ukraine / France - match amical - 06/06/2011 -Donbass Arena (Donetsk) - Marvin MARTIN (fra) - Abou DIABY (fra) - Artem MILEVSKIY (ukr)

Ils étaient annoncés comme des futurs cracks, ou étaient tout simplement indispensables à l’équipe de France ces dernières années. Revue d’effectif de ces huit hommes qui ont complètement disparus de la circulation.

Marvin Martin (Lille OSC)

Le 6 juin 2011, il se montre à la France pour sa première sélection avec un doublé et une passe décisive, tout cela en quinze minutes ! Le Parisien n’hésitera pas à titrer « Est-il le nouveau Zidane ? », ce qui depuis provoque l’hilarité générale, car Zidane lui aussi avait inscrit deux buts lors de sa première apparition sous le maillot bleu. Alors qu’il évolue à Sochaux, il explose et part rapidement pour le grand Lille, récent champion de France, où il peine à convaincre. On le voit de moins en moins ces deux dernières saisons et tout le monde semble l’avoir oublié depuis son coup d’éclat. Il jouera 14 autres matchs pour la France sans parvenir à marquer les esprits, même s’il était dans le groupe pendant l’Euro 2012, qui fut d’ailleurs un fiasco.


Yann M’Vila (Sunderland)

A seulement 25 ans, il semble déjà en fin de carrière. Alors qu’un grand avenir s’annonçait pour le rennais sélectionné chez les Bleus à l’âge 20 ans, une virée nocturne avec les Espoirs l’interdit provisoirement de jouer pour la France. Il part ensuite pour la Russie et Rubin Kazan, depuis plus de nouvelles de lui ou presque. Il a été prêté à l’Inter Milan où il n’a presque pas joué avant de rejoindre cet été Sunderland, même s’il appartient toujours au Rubin Kazan. Sa carrière internationale, qui ne devrait pas connaître de rebondissements, s’est achevée à cause d’un problème extra-sportif, ce qui est une spécialité en France.


Guillaume Hoarau (BSC Young Boys)

C’est l’une des principales victimes du PSG version qatarie. Alors qu’il est un pilier de l’équipe, marquant buts sur buts, la trop forte concurrence arrivée au club des Ibrahimovic et consors, le pousse à quitter logiquement le club alors qu’il avait revêtu cinq fois le maillot bleu. Direction la Chine, évidemment tout le monde l’oublie, mais il rejoint Bordeaux pour une saison non convaincante. Depuis, il fait le bonheur du championnat suisse et de Berne, où il semble avoir retrouvé un second souffle dans sa carrière bien entamée. Mais le maillot bleu ne doit même plus faire partie de ses espoirs.


Bafétimbi Gomis (Swansea City)

Maillon fort de Saint-Etienne puis de Lyon pendant onze saisons, avec un total de 144 en 408 matchs, Bafé n’aura connu le maillot tricolore qu’à douze reprises. A l’image de Marvin Martin, il inscrit deux buts lors de sa première sélection en étant promis à un avenir international radieux. Mais il peine à s’imposer en équipe de France et quittera même l’OL pour Swansea. Dans le club gallois petit poucet de la Premier League, « la panthère verte » ne fait beaucoup de bruit et devrait terminer sa carrière dans l’indifférence presque générale.


Philippe Mexès (AC Milan)

Sa carrière avec les Bleus aura duré 10 ans, de 2002 à 2012, mais Mexès n’aura joué que 29 rencontres. Lui qui a signé à l’AS Rome très tôt se fait rapidement remarqué et remporte même la Coupe des Confédérations en 2003 avec la France. Il ne sera titulaire en équipe nationale qu’en 2010, et ce pendant deux ans. Il évolue depuis à l’AC Milan mais joue très peu, et, à 34 ans, ne devrait pas tarder à raccrocher les crampons.


Loic Remy (Chelsea)

Jusqu’à la saison passée, tout allait presque bien pour l’attaquant des Blues. Après des débuts à Lyon puis à Nice, sa carrière décolle à l’OM.  Il dispute ensuite plusieurs matchs avec les Bleus jusqu’en 2013, période pendant laquelle il quitte Marseille en direction de QPR. Ne marquant pas les esprits, il part en prêt à Newcastle qui lui réussit plus, car il est à nouveau appelé en bleu. Malgré une bonne première saison à Chelsea, il ne joue quasiment plus cette année et semble être tombé aux oubliettes. En cas de transfert, il ne faut pas exclure un retour de Loic Rémy en équipe de France où son dernier match date d’octobre 2014.


Adil Rami (FC Séville)

De cette liste, c’est peut-être le plus proche d’un retour en équipe de France. Appelé pour la première fois avec la France en 2010 alors qu’il évolue à Lille, il ne tarde pas à devenir un titulaire indiscutable en défense centrale. Puis il rejoint Valence où il signe deux bonnes saisons. Mais depuis son séjour à l’AC Milan, il n’est plus rappelé malgré de bonnes performances actuellement avec Séville. Alors que la défense des Bleus souffre, il pourrait signer son retour s’il continue sur sa bonne lancée en Espagne.


Etienne Capoue (Watford)

capoue

Un temps prometteur, il s’est rapidement perdu en allant jouer à Watford, petite équipe anglaise, mais avec un salaire alléchant. Il doit attendre la dernière de ses six saisons au TFC pour être sélectionné avec les Bleus. Mais alors qu’il y dispute six rencontres pour un but, il part à Tottenham, et rejouera une dernière fois pour la France. Nous n’avons plus aucune nouvelle de lui depuis, si ce n’est qu’il évolue chez le promu Watford, avec lequel il dispute discrètement tous les matchs. S’il ne rejoint pas rapidement un grand club, on ne devrait plus jamais entendre son nom.


Si vous avez apprécié ou non cette nouvelle forme d’articles, merci de l’indiquer en commentaires ou sur les réseaux sociaux !

Publicités