boltDe magnifiques championnats du monde se sont refermés ce dimanche dans le Nid d’Oiseau de Pékin. Nous avons pu assister à de très belles performances pendant neuf jours, même si les Français ont globalement déçu.

Des stars au rendez-vous

Si ces championnats ont été une vraie réussite, c’est principalement dû aux performances des grandes stars de la discipline.
Et la grande star de ce sport depuis maintenant sept ans, c’est Usain Bolt. En 2008, le Jamaïquain battait trois records du monde aux Jeux Olympiques de Pékin. Seulement, le triple champion du monde en titre arrivait en Chine avec une saison où il a très peu couru et avec un Justin Gatlin en pleine forme. Après sa demi-finale du 100m gagnée sur le fil,  personne ne donnait Bolt vainqueur et pourtant il s’est imposé en 9’79, un centième devant Gatlin.

La finale du 100m :

Statut quo sur le 200m : « la Foudre » a devancé encore l’américain (19’55 contre 19’74). Le roi de l’athlétisme a conclu ses championnats par un nouveau titre sur le relais 4x100m où la Jamaïque l’a emporté devant les surprenants chinois qui ont profité de la disqualification des USA. L’homologue féminin d’Usain Bolt vient d’aussi de Jamaïque puisqu’il s’agit de Shelly-Ann Fraser-Pryce. La petite sprinteuse a remporté le 100m (10’76) juste devant la néerlandaise Dafne Schippers (10’81) qui s’est consolée avec le 200m. L’ex-heptathlonienne a fait mieux que gagner la course, elle a ni plus ni moins battu le record d’Europe avec un chrono monstrueux de 21’63. Autre performeur extraordinaire, le décathlonien Ashton Eaton. Dans cette épreuve qui réunit dix disciplines, il faut être bon partout. L’Américain est lui excellent dans tous les domaines. Il  a facilement remporté son second titre mondial consécutif. Mieux que ça, il a amélioré son propre record du monde, le seul des championnats, de six unités avec un total de 9045 points.

Mo Farah n’a lui pas battu un record du monde, mais il a obtenu deux nouvelles médailles d’or. Victorieux sur 5000m et 10000m, le voilà à cinq titres mondial et deux titres olympiques. Genzebe Dibaba visait elle aussi deux couronnes mondiales, mais en vain. D’abord titrée sur 1500m, l’Ethiopienne s’est fait surprendre par ses deux compatriotes sur 5000m, Ayana et Tefferi, qui l’ont privé d’un doublé. A noter également, un 400m masculin historique. Trois hommes sont passés sous la barre des 44 secondes, une magnifique performance. Le vainqueur, Wayde Van Niekerk, dès la ligne franchie (en 43’48) s’est écroulé et a directement été emmené à l’hôpital. LaShawn Meritt (43’65) et Kirani James (43’78) ont complété le podium par une course qui restera gravée dans les mémoires.

Des Français entre deux eaux

L’équipe de France, affaiblie par de multiples blessures, n’a ramené que deux médailles de bronze de Pékin grâce à Renaud Lavillenie et Alexandra Tavernier.
Cet échec s’explique d’abord par l’hécatombe de blessures qu’ont subit les athlètes tricolores :  Tamgho, Mekhissi, Diniz, Lesueur, Nana Djimou et Mayer, entre autres, n’ont pu tenir leur place et ce sont autant de chances de médailles françaises qui se sont envolées. D’autre part, les performances réalisées cette année aux Mondiaux ont été exceptionnelles. Mais cela n’excuse pas tout. Certains avaient le potentiel pour monter sur le podium mais ont manqués leur finale. Mélina Robert-Michon (10e du disque), Pierre-Ambroise Bosse (5e du 800m), Christophe Lemaître (éliminé en demi du 100m et 200m), ou encore les relais 4x100m hommes (5e) et 4x400m femmes (7e) ont déçu et repartent bredouilles.

Si les Français auraient pu décrocher une médaille sur une course, c’est bien sur le 110m haies masculin. Parmi les trois engagés, tous se sont hissés jusqu’en finale et chacun d’entre eux pouvait viser la médaille. Malheureusement, Martinot-Lagerde, Bascou et Darien n’ont pas accroché une des trois premières places et ont respectivement terminés 4e, 5e et 8e. Mais la plus grande désillusion bleue est venu de Renaud Lavillenie qui a pourtant décroché la première médaille française. Le champion d’Europe, champion olympique et recordman du monde n’a toujours pas réussi à devenir champion du monde. Il n’a réussi « que » 5m80, qu’il a franchi lors de son premier saut, soit 10 centimètres en-dessous de Barber (champion du monde) et Holzeppe. Le meilleur perchiste du monde est décidément maudit avec les Mondiaux. Il arrivera tout de même l’an prochain à Rio en tant que favori pour le titre olympique. L’autre Français engagé, Kevin Ménaldo, s’est classé à une prometteuse sixième place et était même tout proche du podium. Il fait désormais parti des grands espoirs français pour les Jeux de 2016. Parmi aux, se prénomme une certaine Renelle Lamote. Agée de seulement 21 ans, elle a réussi à se hisser jusqu’en finale du 800m où elle a montré des choses très intéressantes, une nouvelle fois en vue des JO. Jimmy Vicaut est aussi dans une très bonne dynamique depuis son retour de blessure. Il a notamment battu le record de France du 100m (9’86) avant ces championnats. En finale de l’épreuve reine, il n’a pu faire mieux qu’un décevant 10’00 qui l’a placé au 8e rang.

La bonne surprise française des championnats vient de la lanceuse de marteau Alexandra Tavernier. Avec un premier jet à 74m02, elle se pare de bronze pour ses premiers grands championnats.
Des championnats mi-figue mi-raisin pour l’équipe de France, mais les prochains Jeux Olympiques s’annoncent passionnants avec le retour des blessés et la jeune génération qui arrive en grande forme.

Une ferveur populaire unique

Si ces championnats ont été une vraie réussite, c’est aussi dû au climat qui régnait autour des Mondiaux dans un pays qui a accueilli l’athlétisme à bras ouverts.
Dans un stade presque toujours plein, y compris le matin, les Chinois ont réussi à briller aussi pour leurs performances sportives. Parmi les médailles, Liu a décroché le titre sur 20km marche et le relais a surpris en terminant deuxième du 4x100m, derrière la Jamaïque. Au total, la Chine a glané 9 médailles (une en or, 7 en argent, une en bronze).

chine

A Pékin, malgré le taux très élevé de pollution et les soupçons de dopage qui planent autour de l’athlétisme, les épreuves se sont très bien déroulées, sans accroc, ou presque… Lors du tour d’honneur d’Usain Bolt après sa victoire sur 200m, un cameraman a perdu le contrôle de son véhicule et l’a mis au sol. Fort heureusement, aucun des deux n’a été blessé et cela n’a pas empêcher Bolt de remporter le relais deux jours plus tard. Les épreuves de marathon et de marche qui se courent en pleine ville nous ont permis de découvrir tout au long du parcours  la belle capitale chinoise.

Le Kenya a dominé ces Mondiaux, devant la Jamaïque et les Etats-Unis : voici le tableau des médailles (or, argent, bronze, total).

 1 KENYA 7 6 3 16
2 JAMAIQUE 7 2 3 12
3 USA 6 6 6 18
4 GRANDE-BRETAGNE 4 1 2 7
5 ETHIOPIE 3 3 2 8
6 POLOGNE 3 1 4 8
7 CANADA 2 3 3 8
7 ALLEMAGNE 2 3 3 8
9 RUSSIE 2 1 1 4
10 CUBA 2 1 0 3

Sondage : Qu’est-ce qui vous a marqué durant les neuf jours de compétition ? (3 choix obligatoires)

 

Publicités