L’ère Brunel en 6 matchs marquants

@ Franck Fife / AFP

Jacques Brunel vient de terminer son mandat en équipe de France avec une élimination rageante face au Pays de Galles en quarts de finale de Coupe du Monde. Retour sur les rencontres mémorables d’une aventure faite de quelques satisfactions et de beaucoup de frustration.

3 février 2018 : Première sortie, premier dépit (France – Irlande : 13-15)

La percée magique de Teddy Thomas pour inscrire le premier essai du match dans les dix dernières minutes et permettre à la France de mener pour la première fois de la rencontre n’a finalement pas suffi. Le XV de France menait presque miraculeusement 13-12 à Saint-Denis face à l’Irlande pour la première de Brunel et l’entrée en lice des Français dans ce Tournoi des VI Nations. Mais sur la dernière possession du XV du Trèfle, et alors que les 80 minutes étaient déjà dépassées depuis près de trois minutes, Sexton réussissait un drop terrifiant de 45 mètres, aussi bien merveilleux qu’assassin. La France devra attendre la réception de l’Italie pour connaître sa première victoire depuis onze mois !

10 mars 2018 : Le gros coup au Stade de France (France-Angleterre : 22-16)

Dans la foulée de cette victoire tant attendue, le XV de France pensait s’être définitivement lancé en gagnant le Crunch à domicile. Face au tenant du titre, le XV de France avait tenu le choc en première période (9-9) avant de prendre les devants grâce un essai de pénalité agrémenté d’un carton jaune pour Watson. L’essai de May à cinq minutes du terme permettait aux Anglais de revenir à trois points mais une ultime pénalité de Beauxis – qui offrira une dernière frayeur au Stade de France en ne trouvant pas la touche après la sirène – assurera une victoire de prestige aux Bleus. Une sacrée embellie dans un Tournoi encore moyen pour la France (4e), qui toutefois mieux classée qu’un XV de la Rose méconnaissable cette année-là.

24 novembre 2018 : La défaite de trop (France-Fidji : 14-21)

Le XV de France sort d’une nouvelle tournée d’été catastrophique conclue par trois lourde défaites face aux All Blacks. Depuis, il s’était fait rattraper et doubler par l’Afrique du Sud sur le gong dans un match qu’il aurait largement dû gagner et s’était rassuré en battant l’Argentine toujours en test-match. Mais à l’heure de boucler son année à domicile face une équipe des Fidji jugée abordable, les Bleus se sont liquéfiés à nouveau. Malgré les deux essais du capitaine Guirado en force sur des ballons portés en touche, les Français étaient de vitesse par de vaillants adversaires et ont fini par payer leur indiscipline. Deux pénalités de trop en fin de rencontre offraient alors un succès de prestige aux Fidji et plongeaient la France dans un nouveau marasme. Une année vraiment pas rassurante.

10 février 2019 : Retour sur terre (Angleterre-France : 44-8)

Un an après sa victoire dans le Crunch, le XV de France se rendait à Twickenham pour tenter de créer l’exploit. Il ne faudra que quelques secondes pour se rendre compte pour les Bleus étaient très loin du compte et que deux classes d’écart les séparaient de leurs ennemis de toujours. Au bout d’une petite demi-heure, May avait aplati trois fois et le XV de la Rose menait déjà 23 à 3. L’essai de Penaud ne sera que symbolique puisque les Anglais marqueront encore à trois reprises pour enfoncer le XV de France à la dernière place du classement des VI Nations. Il en fallait même très peu (à un point près) pour que les Bleus n’encaissent leur pire défaite de leur histoire face à l’Angleterre. Des victoires face à l’Ecosse et l’Italie sauveront leur Tournoi, finalement achevé à la quatrième place, une fois de plus.

21 septembre 2019 : Une grosse frayeur puis la délivrance (France-Argentine : 23-21)

L’entrée en lice dans cette Coupe du Monde avait des allures de huitième de finale pour le XV de France. En battant l’Argentine, les Bleus pouvaient envisager les quarts étant donné le statut des adversaires du groupe derrière l’intouchable Angleterre. Un premier essai de Fickou en coin lançait les Bleus sur la pelouse de Tokyo avant que Dupont ne l’imite quelques instants plus tard de l’autre côté. Grâce à un 100% au pied, Ntamack portait le score à 20-3 avant la pause. Pas de quoi paniquer a priori mais ce XV de France a montré pendant toute la compétition qu’il n’était jamais serein.

L’Argentine recollera rapidement au score et passera même devant à douze minutes du terme après un cinglant 18-0. Lopez passera le drop de la victoire dans la foulée même si les Pumas auront une ultime pénalité pour arracher un succès si précieux qu’ils taperont à côté des poteaux. La France ne s’était pas rendu la tâche facile en perdant tous ses repères en seconde période mais s’assurait de justesse ces quatre points qui seront synonymes de quarts de finale. L’objectif initial était donc atteint.

20 octobre 2019 : Un quart qui vire au cauchemar (Pays de Galles – France : 20-19)

Après d’autres victoires poussives face aux Etats-Unis et aux Tonga et un Crunch annulé face aux Anglais en raison du passage d’un typhon sur le Japon, les Bleus avaient rendez-vous face au Pays de Galles pour une place en demi-finale. À l’image de leur début du Mondial, ils ont dominé leurs adversaires dans un premier acte qui nourrissait beaucoup d’espoir comme cet essai de Vahaamahina après cinq minutes ou cette percée gagnante conclue par Ollivon quelques instants plus tard. 10-0 en huit minutes, c’était presque trop beau pour être vrai. Guirado donnait rapidement l’occasion aux Gallois de rester dans le match avec une perte de balle fatale mais les Bleus profitaient du jaune de Moriarty pour rentrer au vestiaire avec neuf points d’avance grâce à Vakatawa. Et puis…

Et puis il y a eu ce geste invraisemblable et indéfendable du premier marqueur du jour. Tout le monde a encore en tête – y compris l’arbitre du jour Jaco Peyper – ce violent coup de coude de Vahaamahina sur Wainwright à quelques mètres de l’en-but gallois. Un carton rouge qui pèsera très lourd dans la balance puisque le XV du Poireau reviendra dans le coup et ira inscrire l’essai de la victoire à six minutes du terme. Et ce malgré les contestations et un ballon arraché qui pouvait paraître en avant. C’est aussi tragiquement que cela que le XV de France quittait le stade d’Oita, éliminé sur le fil alors qu’il avait encore une fois le match en main.

L’ère Brunel et 2019 s’achèvent ainsi sur un 20-19 qui peut laisser énormément de regrets et de frustration même si ce parcours reste honorable au regard du niveau de jeu et de l’inconstance proposés par ce XV de France depuis maintenant huit ans. Jacques Brunel se consolera en constatant qu’il a un meilleur ratio de victoires (48%) que ses prédécesseurs Philippe Saint-André (42%) et Guy Novès (33%). D’ici 2023 et l’échéance à domicile, Fabien Galthié va avoir beaucoup de travail avec une nouvelle génération qui ne manque pourtant pas de talent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s